Le lac Montalbot

Le Lac Montalbot, véritable poumon vert de la commune de Vigneux-sur-Seine, est un site exceptionnel. Le site est entretenu en gestion différenciée. La limitation des activités humaines permet, ainsi, à cet espace de redevenir un îlot naturel dans lequel de nombreuses espèces faunistiques et floristiques y trouvent refuge.

Une démarche de reconquête de biodiversité entre ville et Seine

Le plan-programme du lac Montalbot est un élément de la Convention de Nature en ville. Il synthétise des éléments du diagnostic réalisé, et dessine les orientations du projet d’amé­nagement. Il est le fruit des orientations données par le comité de pilotage et du comité technique qui se sont réunis régulièrement depuis deux ans. Il prend en compte les souhaits exprimés par les riverains lors des ateliers de concertation.

Vers une biodiversité

L’ aménagement du lac Montalbot : une démarche pour valoriser et gérer cet ‘‘oasis’’ de biodiversité à Vigneux-sur-Seine.

– Une démarche de reconquête de la biodiversité fondée sur l’observation des dynamiques en cours.

– Une appropriation du site par les habitants dans un environnement préservant les habitats fonctionnels pour la faune et la flore.

– Une reconnexion du lac avec la ville (ses quartiers, ses équipements, ses circu­lations) et les espaces naturels et agricoles environnants la Seine.

– Une gestion mesurée des espaces qui considère le temps long et nécessite des adaptations régulières pour augmenter significativement la part de nature en ville.

Une vocation écologique affirmée

Un parc pour les habitants et riverains. Des usages compatibles avec la re­conquête progressive d’une plus grande biodiversité :

– Aménager le site pour permettre une cohabitation harmonieuse entre fréquentation et augmentation de la biodiversité.

– Initier une démarche de projet qui prenne en compte le temps long et la transformation progressive des milieux.

– Favoriser le développement de la biodiversité des milieux aquatiques pour permettre au milieu de renaître suite aux pollutions ma­jeures de 2016 et 2018.

Retisser des liens entre les abords du lac et les différents quartiers qui le bordent. La ville se tourne vers cet espace de nature et offre des seuils qualitatifs pour aborder les berges du lac.

– Conforter un pôle d’animation écologique et d’observation de la biodiversité sur le site du pôle nautique.

– Réserver des secteurs de quiétude pour la biodiversité. Dans l’eau comme sur les berges, de nombreuses espèces ont besoin de calme pour se nourrir, se reproduire, se reposer en chemin, etc.

– Généraliser une gestion du site établie sur l’observation fine des milieux et des plantes. L’entretien du site peut ainsi amener à faire varier certains itinéraires fauchés pour favoriser l’arrivée et l’épanouissement d’une espèce.

Utiliser au maximum les ressources propres du site : le bois issu des coupes réalisées, la mise en composte des produits de fauche, sentiers créés en BRF, etc.

– Valoriser les liens à grande échelle entre les sites liés au lac Montalbot (la Seine, la forêt de Sénart, les autres sablières, etc.). Le lac Montalbot est le maillon d’un enchaînement d’espaces naturels qui interagissent (trames vertes et bleues).

– Animer le site en l’utilisant comme support d’animations, d’observations et de travaux participatifs participants à améliorer la biodiversité.

– Concevoir des mobiliers et points de rassemblement afin que les vigneusiens et visiteurs puissent s’approprier cet espace de na­ture entre Ville et Seine.